Calendriers

calendrier 2023 asturies cantabrie couverture
calendrier 2023 asturies cantabrie dos

la moitié des pages sont présentées ici :

Calendrier 2023
Espagne Asturies & Cantabrie

Le calendrier propose des extraits de nos carnets de voyage en Asturies & Cantabrie (Espagne du Nord-Ouest) Nathalie Duroussy et moi.
Périple d’un mois en Trafic aménagé en été 2022 où nous avons réalisé chacun notre carnet (croquis, aquarelles et gouaches réalisés sur place).
Le livre sera, on l’espère, publié prochainement…
Vous pouvez découvrir le travail de Nathalie sur son site : nduroussy.com.

Prix 17 € l’exemplaire ou 15 € l’unité si plusieurs commandés.
Textes, dates, mois, jours en français.
Format fermé 22×28 cm / ouvert 28×43,5 cm à spirale) – papier FSC
Disponible à partir du 22 novembre 2022

Payez par chèque ou Virement (RIB sur demande)
Remplissez et joignez ce bon de commande 
Ou
Payez en ligne par Carte Bleue ou Paypal en cliquant sur ce bouton


Indiquez-moi par mail les prénoms pour les dédicaces

unités

Le carnet original de Nathalie

carnet original Nathalie

Le carnet original de Philippe

carnet original Philippe

Quelques photos des croqueurs en action

previous arrow
photo dessin espagne 2023
photo dessin espagne 2023
photo dessin espagne 2023
photo dessin espagne 2023
photo dessin espagne 2023
photo dessin espagne 2023
photo dessin espagne 2023
photo dessin espagne 2023
photo dessin espagne 2023
photo dessin espagne 2023
photo dessin espagne 2023
photo dessin espagne 2023
photo dessin espagne 2023
photo dessin espagne 2023
espagne-2023-croqueurs-07
espagne-2023-croqueurs-09
espagne-2023-croqueurs-03
espagne-2023-croqueurs-06
espagne-2023-croqueurs-04
espagne-2023-croqueurs-08
espagne-2023-croqueurs-02
espagne-2023-croqueurs-01
espagne-2023-croqueurs-14
espagne-2023-croqueurs-11
espagne-2023-croqueurs-10
espagne-2023-croqueurs-05
espagne-2023-croqueurs-12
espagne-2023-croqueurs-13
next arrow

__

Tout a commencé par la réalisation d’un calendrier pour ma famille et mes amis en 2004.
Puis un tout premier calendrier imprimé en offset en 2005 m’a conduit à participer à des salons du livre, où le public m’a incité à publier mes carnets de route.

Chaque calendrier propose des extraits de mes carnets de voyage avec croquis et aquarelles réalisés sur place.
Les mois, jours et dates sont calligraphiés dans les langues du pays. Les séparations des cases sont des motifs graphiques du pays (dessin ou photo). Il y figure le calendrier du pays en plus de notre calendrier.

Il me reste quelques anciens calendriers qui peuvent être utilisés pour les images. Vous pouvez les découvrir et commander ici.
Vendus 15€ à leur parution, ils sont en vente à 6 € l’unité ou 20 € le lot de 4. (+3 € de frais d’envoi)

presentation calendriers

Carnet Inde du Sud

Carnet de voyage en INDE du SUD par Philippe BICHON. Récit de 2 mois seul au Tamil Nadu & Karnataka avec croquis, aquarelles et témoignages. Je n’ai pas pu aller au Kerala car cet été 2018 a été une des moussons les plus catastrophiques du siècle.

Une souscription sera proposée prochainement ici pour éditer de carnet comme les précédents. Assurez-vous que vous êtes abonné à mon site pour recevoir l’information…

Dans de nombreux site j’ai été empêché par les gardes de dessiner, ne pouvant leur présenter l’autorisation spéciale qu’ils me demandaient. Grosse frustration pour moi, ce qui fait que je dois réaliser des dessins et aquarelles d’après photos.

Voici quelques dessins et aquarelles réalisés sur le vif dans mes carnets.

aquarelle Charu jouant de la veena

Grâce à un croquis au temple de Thanjavur, je rencontre Raghuram, un jeune brahmane et sa maman, qui m’invitent chez eux. Arrivé à la maison, la petite sœur, Charu, me joue de la veena. Tout en appréciant le concert privé qu’elle m’offre je réalise cette aquarelle. Elle m’écrit ensuite en tamoul un mot dans mon carnet.

Après le croquis d’hier, je croque l’entrée avec à gauche, un Nandhi monolithe de 6m et 60 tonnes. Une petite princesse ne m’a pas lâché, tout le temps du croquis, me gratifiant de nombreux sourires et des quelques questions in english habituelles… J’aime trop ce temple de Thanjavur !

Croquis sur le vif à Mamallapuram. Toujours un excellent moyen de partager avec les locaux et autres visiteurs de ce site magnifique. Ici rien n’est construit, tout est taillé dans la roche.

dessin temple Tiruvannamalai

Un petit croquis de Pondicherry depuis un stand de bananes, avant le déluge bienfaiteur !

dessin madurai temple intérieur

Temple Meenakshi à Madurai, c’est fou de devoir se cacher pour dessiner !

Faire un portrait est toujours une occasion de partager avec des locaux. Que se soit dans un temple ou dans un train.

dessin village danushkodi

Mysore est célèbre pour son palais, que je croque en compagnie d’un nouveau fan club, adorable. J’apprécie aussi son zoo, l’un des meilleurs du pays parait-il. Dommage, les tigres ont joué les timides…je me rabats sur les éléphants.

aquarelle suchindram
dessin maisons kanadukathan

Croquis et aquarelle d’une des nombreuses maison Chettiar.

Shravanabelagola, j’en rêvais depuis des années. La grande cérémonie de Maha Masthaka Abhisheka, qui a lieu tous les 12 ans était en février de cette année, et surprise, les onctions continuent jusqu’au 14 septembre ! J’ai donc eu le privilège d’y assister, aux premières loges aux bains d’eau colorée et jet de fleurs sur le gigantesque monolithe, Bahubeli (17m). D’autant que mon dessin a bien été apprécié par tous les pèlerins jaïns.

dessin temple de Belur

Le train c’est chouette, mais le bus aussi ! 10h de bus, faut bien s’occuper, alors malgré les vibrations, je profite de ma place idéale à l’avant pour croquer. Ce qui a bien plus au chauffeur et contrôleur, avec qui j’ai partage repas de midi. Et je me suis fait plein d’amis à l’avant du bus, dont cette fillette, amusée par le dessin.

Il reste des places pour les stages « Carnet de voyage » au Maroc printemps 2022 – Réduction sur stage Bougmez

Il reste des places pour les stages. Principalement pour le stage du 7 au 14 mai. Faute de participants au 1er avril, il sera annulé.

  • Vallée de l’Ounila (et non Ourika) : du 23 au 30 avril 2022 – reste 3 places
  • Vallée des Roses : du 30 avril au 7 mai 2022 – reste 7 places
  • Vallée des Aït Bougmez : du 7 au 14 mai 2022 – Nouveau prix 670 € !

Les 3 stages sont ouverts aux débutants et accompagnants, aux tarifs très intéressant : 720 €, pension complète, hors vol. (prix inchangé)
En compagnie de mon fidèle ami guide Youssef Saber avec qui je travaille depuis 9 ans. Randonnées itinérantes avec guide, mules et cuisinier. 

Retrouvez toutes les infos sur ici …
Envoyez moi un mail si vous êtes intéressés

stage maroc 2022
 

 

Stages « Carnet de voyage » au Maroc printemps 2022

Après 2 années d’interruption les stages au Maroc reprennent !

Ca vous dit de venir (ou revenir) au printemps 2022 randonner pour remplir un carnet dans le Haut Atlas marocain ?
Au delà d’un stage, il s’agit avant tout de partager un voyage au rythme du carnet qui se rempli. dessiner oui mais aussi randonner pour découvrir un coin authentique et rencontrer une population accueillante. Je pourrais rajouter aussi, se régaler des délicieux plats de Mustafa, rigoler, chanter… 
Voyager autrement ? Un carnet à la main, c’est possible !
Il est évident que voyager avec un carnet nous fait voyager autrement. Le dessin oblige à se poser et donc, permet de mieux s’imprégner des lieux traversés. On ne voit plus, on observe. On ne traverse plus les lieux, on les vit. Et le temps amène la rencontre avec les locaux et le partage. De plus, dessiner en groupe crée une émulation, chacun se nourrit du travail des autres.

  • Vallée de l’Ounila (et non Ourika) : du 23 au 30 avril 2022
  • Vallée des Roses : du 30 avril au 7 mai 2022
  • Vallée des Aït Bougmez : du 7 au 14 mai 2022

Les 3 stages sont ouverts aux débutants, aux tarifs très intéressant : 720 €, pension complète, hors vol. (prix inchangé)
En compagnie de mon fidèle ami guide Youssef Saber avec qui je travaille depuis 9 ans. Randonnées itinérantes avec guide, mules et cuisinier. 

Retrouvez toutes les infos sur ici …

stage maroc 2022


Carnet Inde Rajasthan

Carnet de voyage en INDE Rajasthan par Philippe BICHON. Récit de 3 semaines seul au pays des Maharadjas avec croquis, aquarelles et témoignages.

Carnet de route Inde Rajasthan Philippe Bichon

Carnet de route Inde Rajasthan 4 pages

format 17×22 cm
128 pages couleur
20 € (+ 4 € de participation aux frais d’envoi)

Payez par chèque
Remplissez et joignez ce bon de commande 
Ou
Payez en ligne par Carte Bleue ou Paypal en cliquant sur ce bouton


(indiquez moi par mail les prénoms pour les dédicaces)

Dans une édition très fidèle au carnet original, je partage mon récit «brut de voyage» avec ce deuxième carnet de route entièrement réalisé sur place (texte et illustrations). Pour un confort de lecture, le texte a été retapé avec une police manuscrite proche de mon écriture. La spontanéité de mes croquis, aquarelles, récit et témoignages écrits en différents alphabets de la main des personnes rencontrées, transporte aussitôt le lecteur sur mes pas.

L’Inde étant un pays de contraste et de couleurs, j’ai pour la toute première fois réaliser un carnet en couleur. Les précédents étant exclusivement réalisés en noir & blanc, au feutre noir. Pour débuter, les crayons aquarelles m’ont paru plus pratique à utiliser sur place. 
Ce carnet suggère l’idée qu’il est encore possible, même en ce début de XXI siècle, de vivre son périple de manière personnelle et de suivre sa propre aventure dans des lieux très touristiques comme les sites du Rajasthan…  

Je tiens quotidiennement un journal décrivant mes journées, y consigne mes impressions, les anecdotes… Je demande aux personnes croisées de m’écrire quelques phrases. Cela me permet d’immortaliser toutes mes rencontres avec autant de témoignages écrits dans une multitude de langues et d’alphabets. L’alphabet devanagari étant particulièrement gracieux. Les artistes réalisent parfois un dessin sur mon carnet et souvent ceux-ci me tirent le portrait. 

En 3 semaines, j’ai rempli 1 carnet constitués 4 cahiers Canson de 32 pages 125 g de 17 x 22 cm. Inspiré par ce pays, j’ai réalisé une trentaine de dessins sur le vif : croquis au feutre noir ou crayon-aquarelle. J’ai relié le carnet avec une belle couverture en cuir faite sur mesure par un petit artisan à Udaipur.  

Le carnet une fois de plus fut un formidable passeport tout au long du voyage, pour favoriser la rencontre et l’échange. Souvent le dessin m’aura amené à pénétrer l’intimité des locaux, délaissant l’étiquette de touriste pour venir partager quelques instants avec des gens touchants.

«On n’est pas dans un de ces beaux livres sur papier glacé à la maquette et au calibrage professionnels, mais bien dans le carnet de route encore plein de sable d’un amoureux du voyage ; un ami qui vous aurait prêté pour un temps ses précieuses notes, uniques et personnelles».
Libération – nov. 2014

Extrait :

« Je découvre les autres temples nettement plus petits que celui d’Adinatha. Mais les sculptures ornant celui de Parshvanatha sont exceptionnelles, particulièrement avec cette lumière… Quelques scènes érotiques, étonnant… Pas un bruit à part celui des oiseaux, des singes et des petits écureuils également en grand nombre ici. Dans les montagnes alentours, des panneaux indiquent la présence de panthères (« cheetah »)… Les singes sont en fait des entelles (« langur ») au pelage gris, à la face et aux mains noires et à la longue queue. Je vais manger au Dharmshala, la cantine des Pèlerins tenue par les Jaïns. Ils ont déjà fini leur repas car je n’avais pas compris l’heure du service. On me sert un délicieux thali, chaque plat étant rempli avec une grosse louche plongée dans un grand seau ! Je ne sais pas trop ce que je mange, mais c’est exceptionnellement bon, succulent même… ! Je ne m’attendais pas à autant de raffinement… Et pour ajouter au plaisir, trois charmantes jeunes Indiennes viennent s’attabler juste en face de moi. Elles semblent amusées de me voir manger avec les doigts, comme elles… La discussion s’engage aussitôt ; les Indiennes sont vraiment d’un contact facile et d’une gentillesse extrême. Et leur sourire… Une fois repu, je patiente dehors, observant sans lassitude l’architecture de ce temple et discutant avec les gardes qui veulent immanquablement voir mon cahier. Heureusement qu’ils m’ont permis, contrairement au règlement, d’emporter un peu d’eau à l’intérieur, sinon je n’aurais pas pu faire l’aquarelle du pilier ! »

Carnet de route Inde Rajasthan – Philippe Bichon

La composition des pages respecte au mieux le carnet original : 

Carnet publié
previous arrow
carnet-edite-rajasthan-04
carnet-edite-rajasthan-06
carnet-edite-rajasthan-08
carnet-edite-rajasthan-12
carnet-edite-rajasthan-50
carnet-edite-rajasthan-22
carnet-edite-rajasthan-25
carnet-edite-rajasthan-38
carnet-edite-rajasthan-46
carnet-edite-rajasthan-58
carnet-edite-rajasthan-83
carnet-edite-rajasthan-108
carnet-edite-rajasthan-end
next arrow

Pour un confort de lecture, le récit a été retapé avec une police manuscrite proche de mon écriture, au nom prédestiné : Philippe !
Un numéro renvoie à la fin du carnet, à la traduction des témoignages écrits par les gens rencontrés.

Quelques autres dessins
previous arrow
dessin-rajasthan-diwan-i-khas
dessin-rajasthan-cour-delhi
dessin-rajasthan-temple-jaïn
dessin-rajasthan-jaisalmer
dessin-rajasthan-musiciens
dessin-rajasthan-elephant
dessin-rajasthan-buland-darwasa
dessin-rajasthan-maisons-khuri
dessin-rajasthan-rajasthani
dessin-rajasthan-qutb-minar
dessin-rajasthan-taj-mahal
dessin-rajasthan-temple-jaïn-toit
next arrow


Quelques photos du globecroqueur en action
previous arrow
Dessinant à Fatehpur Sikri Inde
Avec une vache à Jaisalmer Inde
Devant le Taj Mahal Inde
Assis au fort de Jodhpur Inde
Dessinant à Fatehpur Sikri Inde
croqueur-inde-jaisalmer-ranakpur
croqueur-inde-ranakpur-detail
Avec une vache à Jaisalmer Inde
Devant le Taj Mahal Inde
Assis au fort de Jodhpur Inde
next arrow
 


Quelques rencontres autour du carnet
previous arrow
rencontre-inde-ranakpur
rencontre-inde-garima
rencontre-inde-fatehpur
rencontre-inde-ranakpur-2
rencontre-inde-jali
next arrow
 


Carnet Yémen

Carnet de voyage au YEMEN par Philippe BICHON. Récit de 6 semaines seul en « Arabie heureuse » avec croquis, aquarelles et témoignages.

Carnet de route Yémen Philippe Bichon

Carnet de route Yémen 4 pages

format 17×22 cm
240 pages couleur
28 € (+ 4 € de participation aux frais d’envoi)

Payez par chèque
Remplissez et joignez ce bon de commande 
Ou
Payez en ligne par Carte Bleue ou Paypal en cliquant sur ce bouton


(indiquez moi par mail les prénoms pour les dédicaces)

Dans une édition très fidèle au carnet original, je partage mon récit «brut de voyage» avec ce sixième carnet de route entièrement réalisé sur place (texte et illustrations). Pour un confort de lecture, le texte a été retapé avec une police manuscrite proche de mon écriture. La spontanéité de mes croquis, aquarelles, récit et témoignages écrits en différents alphabets de la main des personnes rencontrées, transporte aussitôt le lecteur sur mes pas.

Si l’ «Arabia Felix» d’autrefois n’est plus tout à fait heureuse, elle étonne encore le peu de voyageurs qui osaient s’y aventurer par son architecture et son authenticité. Il régnait dans les rues de la ville de Sanaa ou dans les villages des djebels un vrai parfum d’aventure et bien loin des clichés, au cœur du souk ou dans les ruelles, l’hospitalité régnait. Peu de pays au monde possèdent une architecture traditionnelle aussi riche, la moindre ville, le moindre village regorge de trésors architecturaux. Il a même fallu inventer un mot pour caractériser ces « maison-tours » yéménites, qui se dressent tout en verticalité. Philippe, l’œil et le crayon exercés par ses années comme collaborateur d’architecte du patrimoine, retranscrit la finesse de cette architecture incroyable. J’ai parcouru l’ouest du pays 6 semaines seul en été 2009. Et j’y suis retourné un an plus tard, grâce à l’invitation du conseiller culturel de l’ambassade yéménite à Paris, qui a souhaité inviter 8 artistes européens pour peindre le pays durant 3 semaines. Dessiner permet de mieux s’imprégner des lieux, de rencontrer la population autrement. Mon carnet de route nous offre un regard sur ce pays extraordinaire méconnu, aujourd’hui sous les feux de l’actualité, et malheureusement inaccessible.

Je tiens quotidiennement un journal décrivant mes journées, y consigne mes impressions, les anecdotes… Je demande aux personnes croisées de m’écrire quelques phrases. Cela me permet d’immortaliser toutes mes rencontres avec autant de témoignages écrits dans une multitude de langues et d’alphabets. Les artistes réalisent parfois un dessin sur mon carnet et souvent ceux-ci me tirent le portrait. 

En 6 semaines, j’ai rempli 2 carnet constitués de 16 cahiers Canson de 16 pages 125 g de 17 x 22 cm. Inspiré par ce pays, j’ai réalisé près de 80 dessins sur le vif : croquis au feutre noir ou aquarelle. J’ai fait relier le carnet le dernier jour dans le souk de Sanaa par un petit artisan en l’habillant avec une ceinture traditionnelle de jambiya. 

Le carnet une fois de plus fut un formidable passeport tout au long du voyage, pour favoriser la rencontre et l’échange. Souvent le dessin m’aura amené à pénétrer l’intimité des locaux, délaissant l’étiquette de touriste pour venir partager quelques instants avec des gens touchants.

«On n’est pas dans un de ces beaux livres sur papier glacé à la maquette et au calibrage professionnels, mais bien dans le carnet de route encore plein de sable d’un amoureux du voyage ; un ami qui vous aurait prêté pour un temps ses précieuses notes, uniques et personnelles».
Libération – nov. 2014

Extrait :

« Passé Bab-el Yemen, la dernière porte subsistant des remparts, un véritable bond en arrière dans le temps s’opère. Comment ne pas rester ébahi devant ces maisons-tours et leur architecture fabuleuse ? Une telle harmonie se dégage de ces camaïeux d’ocre ornés de toutes ces décorations à la chaux sur les façades, aux formes géométriques variées, aux ouvertures toutes surmontées de qamareya, ces vitraux qui la nuit s’illuminent pour parfaire la magie. Les acteurs évoluant dans ce décor de mille et une nuits sont en adéquation parfaite : les hommes en djellabas blanches sous les vestes à l’occidentale et ornées de l’inévitable jambiya à la ceinture, tandis que les femmes voilées de noir ne laissent, au mieux, entrevoir que leurs yeux cernés de khôl. On est définitivement dans un autre monde. En m’enfonçant dans une échoppe ouverte sur la rue, je découvre un dromadaire faisant tourner un moulin à graines de sésame pour en faire de l’huile. De splendides minarets cylindriques élancés se dressent au détour d’une rue, aux motifs variés blanc et brique. En m’enfonçant dans le souk, l’encens et la myrrhe se mêlent aux épices pour ravir mes sens. Partout, les sollicitations sont chaleureuses et toujours dénuées d’intérêts financiers. Est-ce parce que le touriste se fait rare que les hommes ont conservé ici leur sens de l’hospitalité. 

La vue de ce nid d’aigle perché sur un piton rocheux vertigineux est à couper le souffle. En contrebas s’étalent les terrasses et quelques villages, et au loin, on aperçoit la falaise. Quel site incroyable ! Les maisons se confondent avec la roche et sont bâties au bord du précipice. Je me lance dans une aquarelle qui me permet d’en apprécier mieux la beauté et d’attendre que le soleil illumine l’ensemble. Le ciel est encore nuageux et la pluie se laisse deviner sur l’horizon. Quelques gamins approchent : «Kalam, bakchich, soura!». Je partage mes gâteaux et continue de peindre en leur compagnie. Le piton a l’air abandonné, mais j’aperçois soudain une femme parmi les habitations. Le lieu est fermé par une porte gardée, l’unique accès à ce perchoir… Je descends vers Hababa par la route et vue d’en-bas, la falaise est tout aussi impressionnante. La pluie se met à tomber et je n’ai aucun espoir de trouver un abri. Heureusement, un pick-up me prend dans sa benne et me dépose à ma destination. »

Carnet de route Yémen – Philippe Bichon

La composition des pages respecte au mieux le carnet original : 

Carnet publié
previous arrow
carnet-edite-yemen-16
carnet-edite-yemen-06
carnet-edite-yemen-08
carnet-edite-yemen-14
carnet-edite-yemen-20
carnet-edite-yemen-24
carnet-edite-yemen-102
carnet-edite-yemen-44
carnet-edite-yemen-62
carnet-edite-yemen-98
carnet-edite-yemen-114
carnet-edite-yemen-156
carnet-edite-yemen-200
carnet-edite-yemen-80
carnet-edite-yemen-240
next arrow

Pour un confort de lecture, le récit a été retapé avec une police manuscrite proche de mon écriture, au nom prédestiné : Philippe !
Un numéro renvoie à la fin du carnet, à la traduction des témoignages écrits par les gens rencontrés.

Quelques autres dessins
previous arrow
dessin-yemen-al-hajjarah
dessin-yemen-vitraux
dessin-yemen-femmes
dessin-yemen-al-hajjarah-pano
dessin-yemen-kawkaban
dessin-yemen-al-quzali_rvb
dessin-yemen-burj-al-salaq-room
dessin-yemen-jibla-blue
dessin-yemen-ahmed
dessin-yemen-jama-al-kabir
dessin-yemen-ibb
dessin-yemen-rempart-saila
dessin-yemen-kamal-oud
dessin-yemen-rue-sanaa
dessin-yemen-detail-dawood
dessin-yemen-djebel-bura
dessin-yemen-95mosquee-talha
dessin-yemen-shuqruf-cheikh
dessin-yemen-djebel-haraz
dessin-yemen-seyun-palace
dessin-yemen-kahel
dessin-yemen-kamaran-island_blue
dessin-yemen-taez-mosquee
dessin-yemen-sadek
dessin-yemen-salah
next arrow


Quelques photos du globecroqueur en action
previous arrow
Réalisant une aquarelle d'Al Hajjarah Yémen
Réalisant une aquarelle au djebel Saber Yémen
Dessinant à Al Tawila Yémen
Réalisant un portrait d'enfant à Sanaa Yémen
Dessinant dans la montagne à Kahel Haraz Yémen
Réalisant une aquarelle à Zakatin Yémen
Réalisant une aquarelle dans la rue Sanaa Yémen
Réalisant une aquarelle d'un étal d'épices à Sanaa Yémen
Réalisant une aquarelle d'Al Hajjarah Yémen
Réalisant une aquarelle au djebel Saber Yémen
Dessinant à Al Tawila Yémen
croqueur-yemen-shibam
croqueur-yemen-Al-Houteib
croqueur-yemen-sanaa-tour
croqueur-yemen-sanaa-qat
croqueur-yemen-sanaa-camel
croqueur-yemen-Sanaa
croqueur-yemen-kawkaban
Réalisant un portrait d'enfant à Sanaa Yémen
Dessinant dans la montagne à Kahel Haraz Yémen
Réalisant une aquarelle à Zakatin Yémen
Réalisant une aquarelle dans la rue Sanaa Yémen
Réalisant une aquarelle d'un étal d'épices à Sanaa Yémen
croqueur-yemen-bougie
croqueur-yemen-seyoun
croqueur-yemen-sanaa-foule
croqueur-yemen-taez
next arrow
 


Quelques rencontres autour du carnet
previous arrow
rencontre-yemen-ali
rencontre-yemen-sanaa
rencontre-yemen-qat
rencontre-yemen-camel
rencontre-yemen-crazy
rencontre-yemen-ahmed
rencontre-yemen--haraz
next arrow
 


Photos du voyage en Ethiopie

Quelques photos de mon voyage en Ethiopie. 7 semaines seul en été 2011.
Photos prises avec un compact Canon A650 IS

previous arrow
pano-gheralha-5
pano-bati
pano-senbete-2
pano-lalibela
pano-lalibela-5
pano-lalibela-4
pano-debre-damo-3
pano-debre-damo-2
pano-simien-2
pano-simien
pano-gheralta
pano-gheralha-4
PlayPause
next arrow
 

Quelques photos en voyage…

previous arrow
En moto paysage du Gheralta Ethiopie
Assis dans l'église d'Abuna Yemata Guh Gheralta Ethiopie
Donnant un bout de viande à une hyène Hara Ethiopie
En famille à Harar Ethiopie
Repas en famille à Lalibela Ethiopie
Au souk de Kafira Dire Dawa Ethiopie
Réalisant une aquarelle à Lalibela Ethiopie
Dessinant sur un marché à Babile Ethiopie
Réalisant une aquarelle à Debre Damo Ethiopie
Réalisant une aquarelle à Gheralta Ethiopie
Réalisant une aquarelle à Hawzien Ethiopie
Réalisant une aquarelle à Harar Ethiopie
Dessinant un prêtre à Lalibela Ethiopie
En moto paysage du Gheralta Ethiopie
Assis dans l'église d'Abuna Yemata Guh Gheralta Ethiopie
Donnant un bout de viande à une hyène Hara Ethiopie
En famille à Harar Ethiopie
Repas en famille à Lalibela Ethiopie
Au souk de Kafira Dire Dawa Ethiopie
Réalisant une aquarelle à Lalibela Ethiopie
Dessinant sur un marché à Babile Ethiopie
Réalisant une aquarelle à Debre Damo Ethiopie
Réalisant une aquarelle à Gheralta Ethiopie
Réalisant une aquarelle à Hawzien Ethiopie
croqueur-ethiopie-portrait-harar
croqueur-ethiopie-dire-dawa
croqueur-ethiopie-filles
Réalisant une aquarelle à Harar Ethiopie
Dessinant un prêtre à Lalibela Ethiopie
croqueur-ethiopie-gondar
next arrow
 

Carnet Birmanie

Carnet de voyage en BIRMANIE par Philippe BICHON. Récit de 3 semaines seul en Birmanie avec croquis, aquarelles et témoignages.

Carnet de route Birmanie Philippe Bichon

Carnet de route Birmanie 4 pages

format 17×22 cm
144 pages couleur
22 € (+ 4 € de participation aux frais d’envoi)

Payez par chèque
Remplissez et joignez ce bon de commande 
Ou
Payez en ligne par Carte Bleue ou Paypal en cliquant sur ce bouton


(indiquez moi par mail les prénoms pour les dédicaces)

Dans une édition très fidèle au carnet original, je partage mon récit «brut de voyage» avec ce septième carnet de route entièrement réalisé sur place (texte et illustrations). Pour un confort de lecture, le texte a été retapé avec une police manuscrite proche de mon écriture. La spontanéité de mes croquis, aquarelles, récit et témoignages écrits en différents alphabets de la main des personnes rencontrées, transporte aussitôt le lecteur sur mes pas.

Si la Birmanie semble aujourd’hui partie sur une bonne voie d’ouverture, la situation était tout autre en 2006. Aung San Suu Kyi, la figure emblématique de la lutte pour la démocratie, était toujours assignée à résidence et les voyages touristiques dans le pays n’étaient pas vraiment encouragés. Le peuple étant privé d’ouverture sur le monde, je trouvais alors injuste de les enfermer encore plus en ne leur rendant pas visite, et la façon dont je voyage ne devait pas trop enrichir la junte au pouvoir… Maintenant que la situation évolue, les voyages dans le pays vont se multiplier, je suis donc particulièrement heureux de partager le mien avec vous. Mon carnet de route vous offre un regard sur ce pays d’Asie du Sud-Est qui a conservé son authenticité et son histoire. 

Je tiens quotidiennement un journal décrivant mes journées, y consigne mes impressions, les anecdotes… Je demande aux personnes croisées de m’écrire quelques phrases. Cela me permet d’immortaliser toutes mes rencontres avec autant de témoignages écrits dans une multitude de langues et d’alphabets. L’alphabet birman étant particulièrement gracieux, tout en rondeur. Les artistes réalisent parfois un dessin sur mon carnet et souvent ceux-ci me tirent le portrait. 

En 3 semaines, j’ai rempli 1 carnet constitués 8 cahiers Canson de 16 pages 125 g de 17 x 22 cm. Inspiré par ce pays, j’ai réalisé près de 60 dessins sur le vif : croquis au feutre noir ou aquarelle. J’ai fait relier le carnet le dernier jour à Rangoon par un petit artisan.  

Le carnet une fois de plus fut un formidable passeport tout au long du voyage, pour favoriser la rencontre et l’échange. Souvent le dessin m’aura amené à pénétrer l’intimité des locaux, délaissant l’étiquette de touriste pour venir partager quelques instants avec des gens touchants.

«On n’est pas dans un de ces beaux livres sur papier glacé à la maquette et au calibrage professionnels, mais bien dans le carnet de route encore plein de sable d’un amoureux du voyage ; un ami qui vous aurait prêté pour un temps ses précieuses notes, uniques et personnelles».
Libération – nov. 2014

Extrait :

« Puis je me rends à pied sans tarder à la Shwedagon, la pagode d’or, qui, au fur et à mesure de ma progression, se révèle vraiment impressionnante. Je choisis l’escalier sud, gardé par 2 magnifiques chinthes. L’immense escalier est entièrement couvert. De part et d’autre des marches s’échelonnent les boutiques de «bondieuseries» : des bouddhas par milliers, de toutes tailles, et des reproductions de la pagode. Les gens sont très sympas et très souriants. De nombreuses femmes et jeunes filles ont les joues peintes au thanaka. La pénombre de cet escalier que l’on gravit pieds nus crée une atmosphère particulière, puis, tout en haut sur l’esplanade de marbre, c’est le choc. La pagode apparaît, étincelant de ses 60 tonnes d’or, entourée de dizaines de petits pavillons, les zedi, tout aussi miroitants sous le soleil. Il y a beaucoup de monde aujourd’hui, car c’est dimanche, mais aussi un jour férié et un jour saint – comme me l’explique Surya, un moine que je viens de rencontrer. Je ne sais où donner de la tête, le spectacle est partout ! Des gens se prosternent devant l’énorme édifice, d’autres allument des bougies ou de l’encens, d’autres encore mangent… Il y a beaucoup de moines, de tous âges. J’ai de la chance, il ne pleut pas. Le soleil est là, voilé, et bien que le ciel ne soit pas bleu, la vision est tout de même magnifique et ces centaines de flèches dorées dressées vers les nuages sont fantastiques. L’astre solaire finit par se montrer et ça commence à cogner. Entre le marbre au sol et tout cet or, la réverbération est aveuglante. »

Carnet de route Birmanie – Philippe Bichon

La composition des pages respecte au mieux le carnet original : 

Carnet publié
previous arrow