Carnet Inde Rajasthan

Carnet de voyage en INDE Rajasthan par Philippe BICHON. Récit de 3 semaines seul au pays des Maharadjas avec croquis, aquarelles et témoignages.

Carnet de route Inde Rajasthan Philippe Bichon

Carnet de route Inde Rajasthan 4 pages

format 17×22 cm
128 pages couleur
20 € (+ 4 € de participation aux frais d’envoi)

Payez par virement ou chèque
(RIB IBAN à consulter ici)
Remplissez et joignez ce bon de commande 
Ou
Payez en ligne par Carte Bleue ou Paypal en cliquant sur ce bouton


(indiquez moi par mail les prénoms pour les dédicaces)

Dans une édition très fidèle au carnet original, je partage mon récit «brut de voyage» avec ce deuxième carnet de route entièrement réalisé sur place (texte et illustrations). Pour un confort de lecture, le texte a été retapé avec une police manuscrite proche de mon écriture. La spontanéité de mes croquis, aquarelles, récit et témoignages écrits en différents alphabets de la main des personnes rencontrées, transporte aussitôt le lecteur sur mes pas.

L’Inde étant un pays de contraste et de couleurs, j’ai pour la toute première fois réaliser un carnet en couleur. Les précédents étant exclusivement réalisés en noir & blanc, au feutre noir. Pour débuter, les crayons aquarelles m’ont paru plus pratique à utiliser sur place. 
Ce carnet suggère l’idée qu’il est encore possible, même en ce début de XXI siècle, de vivre son périple de manière personnelle et de suivre sa propre aventure dans des lieux très touristiques comme les sites du Rajasthan…  

Je tiens quotidiennement un journal décrivant mes journées, y consigne mes impressions, les anecdotes… Je demande aux personnes croisées de m’écrire quelques phrases. Cela me permet d’immortaliser toutes mes rencontres avec autant de témoignages écrits dans une multitude de langues et d’alphabets. L’alphabet devanagari étant particulièrement gracieux. Les artistes réalisent parfois un dessin sur mon carnet et souvent ceux-ci me tirent le portrait. 

En 3 semaines, j’ai rempli 1 carnet constitués 4 cahiers Canson de 32 pages 125 g de 17 x 22 cm. Inspiré par ce pays, j’ai réalisé une trentaine de dessins sur le vif : croquis au feutre noir ou crayon-aquarelle. J’ai relié le carnet avec une belle couverture en cuir faite sur mesure par un petit artisan à Udaipur.  

Le carnet une fois de plus fut un formidable passeport tout au long du voyage, pour favoriser la rencontre et l’échange. Souvent le dessin m’aura amené à pénétrer l’intimité des locaux, délaissant l’étiquette de touriste pour venir partager quelques instants avec des gens touchants.

«On n’est pas dans un de ces beaux livres sur papier glacé à la maquette et au calibrage professionnels, mais bien dans le carnet de route encore plein de sable d’un amoureux du voyage ; un ami qui vous aurait prêté pour un temps ses précieuses notes, uniques et personnelles».
Libération – nov. 2014

Extrait :

« Je découvre les autres temples nettement plus petits que celui d’Adinatha. Mais les sculptures ornant celui de Parshvanatha sont exceptionnelles, particulièrement avec cette lumière… Quelques scènes érotiques, étonnant… Pas un bruit à part celui des oiseaux, des singes et des petits écureuils également en grand nombre ici. Dans les montagnes alentours, des panneaux indiquent la présence de panthères (« cheetah »)… Les singes sont en fait des entelles (« langur ») au pelage gris, à la face et aux mains noires et à la longue queue. Je vais manger au Dharmshala, la cantine des Pèlerins tenue par les Jaïns. Ils ont déjà fini leur repas car je n’avais pas compris l’heure du service. On me sert un délicieux thali, chaque plat étant rempli avec une grosse louche plongée dans un grand seau ! Je ne sais pas trop ce que je mange, mais c’est exceptionnellement bon, succulent même… ! Je ne m’attendais pas à autant de raffinement… Et pour ajouter au plaisir, trois charmantes jeunes Indiennes viennent s’attabler juste en face de moi. Elles semblent amusées de me voir manger avec les doigts, comme elles… La discussion s’engage aussitôt ; les Indiennes sont vraiment d’un contact facile et d’une gentillesse extrême. Et leur sourire… Une fois repu, je patiente dehors, observant sans lassitude l’architecture de ce temple et discutant avec les gardes qui veulent immanquablement voir mon cahier. Heureusement qu’ils m’ont permis, contrairement au règlement, d’emporter un peu d’eau à l’intérieur, sinon je n’aurais pas pu faire l’aquarelle du pilier ! »

Carnet de route Inde Rajasthan – Philippe Bichon

La composition des pages respecte au mieux le carnet original : 

Carnet publié
previous arrow
next arrow
Slider

Pour un confort de lecture, le récit a été retapé avec une police manuscrite proche de mon écriture, au nom prédestiné : Philippe !
Un numéro renvoie à la fin du carnet, à la traduction des témoignages écrits par les gens rencontrés.

Quelques autres dessins
previous arrow
next arrow
Slider


Quelques photos du globecroqueur en action
previous arrow
next arrow
Slider


Quelques rencontres autour du carnet
previous arrow
next arrow
Slider