Carnet Ouzbékistan & Tadjikistan

Carnet de voyage en OUZBÉKISTAN & TADJIKISTAN par Philippe BICHON. Récit de 2 mois seul en Asie Centrale avec croquis, aquarelles et témoignages.

Carnet de route Ouzbékistan & Tadjikistan Philippe Bichon

Carnet de route Ouzbékistan Tadjikistan 4 pages

format 17×22 cm
256 pages couleur
28 € (+ 3 € de participation aux frais d’envoi)

Payez par chèque ou virement à BLEUEDITIONS
(RIB IBAN à consulter ici)
Remplissez et joignez ce bon de commande 
Ou
Payez en ligne par Carte Bleue ou Paypal en cliquant sur ce bouton


(indiquez moi par mail les prénoms pour les dédicaces)

Aquarelle Ouzbékistan Bibi Khanum Samarcande

Un grand merci aux nombreux souscripteurs qui ont contribué à l’édition de ce 9ème carnet de route OUZBEKISTAN & TADJIKISTAN ! 

Dans une édition très fidèle au carnet original, je partage mon récit «brut de voyage». Pour un confort de lecture, le texte a été retapé avec une police manuscrite proche de mon écriture. La spontanéité de mes croquis, aquarelles, récit et témoignages écrits en différents alphabets de la main des personnes rencontrées, transporte aussitôt le lecteur sur mes pas.

Aquarelle Ouzbékistan miniature Philippe Bichon

J’ai eu énormément de plaisir à découvrir ces 2 pays d’Asie Centrale en août et septembre 2013. Lors de ce premier voyage de 2 mois dans des pays de l’ex-URSS, j’ai apprécié le russe dont j’ai appris les quelques rudiments indispensables.

L’Ouzbékistan est un beau pays au patrimoine architectural très riche avec ses fameuses cités turquoise de la Route de la Soie : Samarcande, Boukhara et Khiva. En tant que voyageur indépendant, au-delà de la carte postale, j’ai pu me rendre compte de certaines réalités d’un régime totalitaire. Heureusement, depuis le décès du président Karimov fin 2016, un vent de changement et d’ouverture semble souffler sur le pays. Un peu trop touristique désormais, le pays offre moins d’aventure que son pays voisin.

Le Tadjikistan m’a séduit par ses paysages de montagne, des monts Fan au Pamir, véritable désert d’altitude, en passant par la vallée du Wakhan, face à l’Afghanistan. Dans ce pays, où le persan a perdu ses arabesques pour s’écrire en cyrillique, j’ai retrouvé l’hospitalité persane qui m’avait tant séduit en Iran, que ce soit dans le Wakhan ou chez les Kirghizes du Pamir.

Aquarelle Ouzbékistan motif Khiva

Je tiens quotidiennement un journal décrivant mes journées, y consigne mes impressions, les anecdotes… Je demande aux personnes croisées de m’écrire quelques phrases. Cela me permet d’immortaliser toutes mes rencontres avec autant de témoignages écrits dans une multitude de langues et d’alphabets. Les artistes réalisent parfois un dessin sur mon carnet et souvent ceux-ci me tirent le portrait. 

En 2 mois, j’ai rempli 2 carnets constitués chacun de 9 cahiers de 16 pages, réalisés avec des feuilles de 200 g de 20 x 25 cm. Inspiré par ce pays, j’ai réalisé près de 80 dessins sur le vif : croquis au feutre, monochrome ou aquarelle. Au retour, j’ai relié ces carnets avec un suzani, le tissu traditionnel (voir ci-dessous).

Le carnet une fois de plus fut un formidable passeport tout au long du voyage, pour favoriser la rencontre et l’échange. Souvent le dessin m’aura amené à pénétrer l’intimité du foyer, délaissant l’étiquette de touriste pour venir partager quelques instants ou quelques jours avec des gens touchants.

 

carnet Ouzbékistan Tadjikistan originalLa composition des pages respecte au mieux le carnet original : 

carnet Ouzbékistan Tadjikistan édité

Carnet original

Carnet original Ouzbékistan Tadjikistan Chor minor Boukhara
Carnet original Ouzbékistan Tadjikistan kirghize
Carnet original Ouzbékistan Tadjikistan voiture
Carnet original Ouzbékistan Tadjikistan théière
Carnet original Ouzbékistan Tadjikistan Karakul
Carnet original Ouzbékistan Tadjikistan yourte
Carnet original Ouzbékistan Tadjikistan
Carnet original Ouzbékistan Tadjikistan aquarelle Bibi Khanoum Samarcande
Carnet original Ouzbékistan Tadjikistan carte
Carnet original Ouzbékistan Tadjikistan portrait
previous arrow
next arrow
Slider

Carnet édité

Carnet édité Ouzbékistan Tadjikistan Chor minor Boukhara
Carnet édité Ouzbékistan Tadjikistan kirghize
Carnet édité Ouzbékistan Tadjikistan voiture
Carnet édité Ouzbékistan Tadjikistan Bulunkul
Carnet édité Ouzbékistan Tadjikistan yourte
Carnet édité Ouzbékistan Tadjikistan
Carnet édité Ouzbékistan Tadjikistan Khanoum
Carnet édité Ouzbékistan Tadjikistan Kokand
Carnet édité Ouzbékistan Tadjikistan théière
Carnet édité Ouzbékistan Tadjikistan Langar
previous arrow
next arrow
PlayPause
Slider

Pour un confort de lecture, le récit a été retapé avec une police manuscrite proche de mon écriture, au nom prédestiné : Philippe !
Un numéro renvoie à la fin du carnet, à la traduction des témoignages écrits par les gens rencontrés.

 
Quelques autres dessins
Aquarelle Ouzbékistan Sha-I-Zinda Samarcande
Aquarelle Ouzbékistan Bateaux Moynak
Dessin Tadjikistan marchand afghan
Aquarelle Ouzbékistan Registan Samarcande
Aquarelle Ouzbékistan citadelle Boukhara
Aquarelle Tadjikistan fille kirghize
Aquarelle Ouzbékistan Po-i-Kalon Boukhara
Dessin Tadjikistan Stupa de Vrang
Aquarelle Ouzbékistan pain
Aquarelle Ouzbékistan nécropole Sha-I-Zinda Samarcande
Aquarelle Ouzbékistan musiciens Shakhrisabz
Aquarelle Ouzbékistan Gur Emir Samarcande
previous arrow
next arrow
PlayPause
Slider


Quelques photos du globecroqueur en action
Aquarelle Bulunkul Tadjikistan
Aquarelle Chor Minor Boukhara Ouzbékistan
Portrait marchand afghan Ishkashim Tadjikistan
Croquis vallée du WakhanTadjikistan
Aquarelle tissage Khiva Ouzbékistan
Croquis Gur-Emir Samarcande Ouzbékistan
Portrait dominos Boukhara Ouzbékistan
Portrait Langar Ouzbékistan
Aquarelle Geisev Tadjikistan
Croquis fabrique soie Margilan Ouzbékistan
Croquis vallée du Wakhan Tadjikistan
Portrait Alishur Tadjikistan
Réalisation miniature Boukhara Ouzbékistan
Aquarelle Sha I-Zinda Samarcande Ouzbékistan
Portrait marchand afghan Ishkashim Tadjikistan
Aquarelle Moynaq Mer d'Aral Ouzbékistan
Croquis Sha I-Zinda Samarcande Ouzbékistan
Portrait vallée du Wakhan Tadjikistan
Croquis Vrang Wakhan Tadjikistan
previous arrow
next arrow
PlayPause
Slider


Quelques rencontres autour du carnet
Rencontre Rishtan Ouzbékistan
Portrait Alishur Tadjikistan
modèles Khiva Ouzbékistan
Rencontre vallée du Wakhan Tadjikistan
Rencontre portrait Boukhara Ouzbékistan
Rencontre monts Fan Tadjikistan
previous arrow
next arrow
PlayPause
Slider

Extrait (Ouzbékistan) :

« Au pied du minaret Islam Khoja, dans la chaïkhana Talib Maxum, je me régale de délicieuses salades. Les serveuses ne parlent pas anglais et j’apprécie l’aide d’un guide pour m’aider à choisir les plats. Dana, l’une des serveuses, souhaite que je lui tire le portrait, mais je refuse gentiment, n’ayant pas encore croqué l’architecture de cette superbe ville. Je m’y mets un peu plus tard dans l’après-midi, attiré par le dôme turquoise du mausolée. Une gamine me tient compagnie, bientôt rejointe par Edith, sympathique institutrice de Hong-Kong. Les nuages s’invitent aussi et je dois même m’interrompre lorsque quelques gouttes se mettent à tomber. Je reprends donc ma déambulation et m’arrête un peu plus loin, à un atelier qui fabrique des tapis en soie et que j’avais repéré hier. Il est aménagé dans une petite medersa ; je m’installe sur le seuil et croque les ouvrières installées devant les métiers à tisser. J’ai du mal à quitter cette ambiance, faisant traîner le dessin pour profiter encore des sourires et des conversations auxquelles je ne comprends évidemment rien ! Mais je m’y sens simplement bien, même si le pas de porte en bois est plutôt rude. Quel boulot ces tapis, certains demandent plusieurs mois de travail à trois. Quelques voyageurs s’arrêtent pour me regarder faire, dont un couple qui me montre leur guesthouse, qui jouxte l’atelier. J’ai un gros coup de cœur pour cette demeure traditionnelle et le sourire de son hôte qui parle à peine le russe… ce soir, je déménage !»

Carnet de route Ouzbékistan & Tadjikistan – Philippe Bichon

Extrait (Tadjikistan) :

« Le vieux camion russe “Zil-133” quitte la route goudronnée pour emprunter une piste en direction des montagnes que l’on aperçoit depuis Alichur. Le temps est encore exceptionnel avec un ciel d’une grande pureté sans un nuage, il en est ainsi depuis mon arrivée sur ces hauts plateaux du Pamir tadjik. Le véhicule grimpe sans problème à travers rivières, passages caillouteux ou sablonneux et l’on atteint vite le jailoo, l’alpage kirghize. Les montagnes dessinent un petit cirque abritant trois yourtes. Quelques névés sont tout proche, nous sommes bien au-dessus de quatre mille mètres… Après avoir salué la famille, je pars observer les yacks qui broutent un peu plus haut ; de bien belles bêtes aux longs poils et aux longues cornes. Les yacks sont précieux pour les Kirghizes car ils leur donnent le lait, avec lequel seront produits également beurre et yaourt, et les bouses constituent le précieux combustible, les arbres étant inexistants sur les hauts plateaux du Pamir. D’ailleurs, les hommes sont en train de charger le camion de cette précieuse cargaison, tandis que les femmes s’affairent à déménager le mobilier des yourtes. Pas de regret de ne pas pouvoir rester dormir là, puisqu’eux mêmes déménagent deux kilomètres plus bas. Dormir sous la yourte à une telle altitude n’est plus confortable avec ce froid , ils redescendent donc dans des bâtisses de pierre, avant de rejoindre Alichur pour l’hiver. Participer à un tel déménagement est une aubaine. Sur les bouses de yacks, qui remplissent la benne du vieux camion fatigué, s’accumulent poêles, couvertures, coussins, un transistor d’un autre âge… et nous nous installons sur cet amas peu commun pour parcourir la courte distance qui sépare le jailoo des maisons. Dans la cabine ont pris place la jeune mère et son bébé, tandis que les dames plus âgées font le trajet à pied. Nous mangeons donc dans la maison le traditionnel chir-chaï, ce thé au lait que l’on agrémente de beurre de yack salé (fort heureusement, pas rance comme en Himalaya) et de bouts de pain. Le tout est accompagné par du yaourt. Ce menu compose invariablement l’ensemble de leur repas au jailoo. Avant de manger, il a fallu attendre que tout le bazar soit sorti du camion, aussitôt remplacé par d’autres bouses, tirées d’un tas impressionnant. D’autres trajets seront nécessaires, d’autant que les yacks produiront encore d’ici là !»

Carnet de route Ouzbékistan & Tadjikistan – Philippe Bichon