Carnet Iran

Carnet de voyage en IRAN par Philippe BICHON. Récit d’un voyage de 5 semaines avec croquis, aquarelles et témoignages. 

Carnet de route Iran Philippe Bichon

Carnet de route Iran 4 pages

format 17×22 cm
216 pages couleur
28 € (+ 4 € de participation aux frais d’envoi)

Payez par chèque
Remplissez et joignez ce bon de commande 
Ou
Payez en ligne par Carte Bleue ou Paypal en cliquant sur ce bouton


(indiquez moi par mail les prénoms pour les dédicaces)

Aquarelle place Isfahan Iran

Dans une édition très fidèle au carnet original, je partage mon récit «brut de voyage» avec ce quatrième carnet de route entièrement réalisé sur place (texte et illustrations). Pour un confort de lecture, le texte a été retapé avec une police manuscrite proche de mon écriture. La spontanéité de mes croquis, aquarelles, récit et témoignages écrits en différents alphabets de la main des personnes rencontrées, transporte aussitôt le lecteur sur mes pas.

La traduction de ces messages apparaît d’ailleurs à la fin de l’ouvrage, elle prend ici un sens particulier car les iraniens m’ont souvent donné un rôle de messager pour casser les clichés et idées reçues.
Le bleu des dômes des mosquées persanes illumine ce carnet, et si par mon métier j’ai principalement dessiné les splendeurs architecturales, la vie quotidienne se retrouve dans le récit. On découvre ainsi l’hospitalité persane dont j’ai pu profiter.

J’ai été attiré par ce pays à la suite de rencontres avec des voyageurs, et eu envie à mon tour de dépasser les clichés et idées reçues pour découvrir un autre pays que celui présenté par les médias. Au delà des gouvernements en place, mes voyages ont toujours été la recherche de rencontre humaine et partage culturel. Si mon humble témoignage peut adoucir les inégalités de ce monde et ouvrir les esprits, alors j’en serais heureux. 

De nombreux lecteurs m’ont dit avoir fait le voyage grâce à la lecture de mon livre, cela me réjouit grandement et nous avons du le rééditer pour la 3ème fois.  

En 5 semaines, j’ai rempli 2 carnets constitués chacun de 7 cahiers Canson de 16 pages 17 x 22 cm de 125g. Inspiré par ce pays, j’ai réalisé près de 60 dessins sur le vif : croquis au feutre, monochrome ou aquarelle. Ces carnets ont été reliés à Teheran, une calligraphie habille les couvertures.

Le carnet une fois de plus fut un formidable passeport tout au long du voyage, pour favoriser la rencontre et l’échange. Souvent le dessin m’aura amené à pénétrer l’intimité du foyer, délaissant l’étiquette de touriste pour venir partager quelques instants ou quelques jours avec des gens touchants.

« Votre carnet, votre récit et vos illustrations m’ont fait penser à ces ouvrages du 19ème siècle que tout explorateur avait à cœur de tenir ; grâce à eux et à vous, les pays visités nous sont devenus familiers et proches. »
Claude Michelet – écrivain

carnet Iran édité couverture et pages

La composition des pages respecte au mieux le carnet original : 

carnet Iran édité couverture et pages
 
Carnet publié

previous arrow
Carnet édité Iran aquarelle Kerman
Carnet édité Iran Hafez Shiraz et récit
Carnet édité Iran aquarelle Shah-e-Cheragh Shiraz
Carnet édité Iran portrait Samar
Carnet édité Iran croquis souk de Kerman
Carnet édité Iran farsi
Carnet édité Iran Kharanaq
Carnet édité Iran musique
Carnet édité Iran portrait Mollah
Carnet édité Iran heurtoirs
Carnet édité Iran aquarelle Kerman
Carnet édité Iran Hafez Shiraz et récit
carnet-edite-iran-dervishe
Carnet édité Iran aquarelle Shah-e-Cheragh Shiraz
Carnet édité Iran portrait Samar
Carnet édité Iran croquis souk de Kerman
Carnet édité Iran farsi
Carnet édité Iran Kharanaq
Carnet édité Iran musique
Carnet édité Iran portrait Mollah
Carnet édité Iran heurtoirs
carnet-edite-iran-end
next arrow

Pour un confort de lecture, le récit a été retapé avec une police manuscrite proche de mon écriture, au nom prédestiné : Philippe !
Un numéro renvoie à la fin du carnet, à la traduction des témoignages écrits par les gens rencontrés.

 
Quelques autres dessins
previous arrow
dessin-iran-sha-e-cheragh
dessin-iran-avion-duo
dessin-iran-vases
dessin-iran-persepolis
dessin-iran-rassoul
dessin-iran-mosquee-jameh-ye-atigh-shiraz
dessin-iran-khaju-bridge
dessin-iran-epices
dessin-iran-mahan
dessin-iran-borujerdi
dessin-iran-palais-chehel-sotun
dessin-iran-nasqh-e-rostam-g
dessin-iran-rue-shiraz
dessin-iran-medresa-e-khan-seul
dessin-iran-azadi-tower
dessin-iran-statuettes-duo
dessin-iran-paykan-rayen
dessin-iran-bazar-vakil-kerman
dessin-iran-zinat-ol-molk
dessin-iran-yazsdjomeh
next arrow


Quelques photos du globecroqueur en action
previous arrow
Portrait Mollah Shiraz Iran
Aquarelle Kashan Iran
Dessin Persepolis Iran
Réalisant une aquarelle à Yazd Iran
Réalisant une aquarelle à Yazd Iran
Dessinant à Shiraz Iran
Réalisant une aquarelle à Abyaneh Iran
Dessinant tombeau Hafez à Shiraz Iran
Réalisant une aquarelle souk de Kerman Iran
Réalisant un portrait derviche Shiraz Iran
Dessinant à Abyaneh Iran
Dessinant au musée de Teheran Iran
croqueur-iran-shiraz-mollah
croqueur-iran-kashan
croqueur-iran-persepolis
Réalisant une aquarelle à Yazd Iran
Réalisant une aquarelle à Yazd Iran
Dessinant à Shiraz Iran
Réalisant une aquarelle à Abyaneh Iran
Dessinant tombeau Hafez à Shiraz Iran
Réalisant une aquarelle souk de Kerman Iran
Réalisant un portrait derviche Shiraz Iran
Dessinant à Abyaneh Iran
Dessinant au musée de Teheran Iran
next arrow
 


Quelques rencontres autour du carnet
previous arrow
Rencontre hôtel Isfahan Iran
Témoignage mollah Shiraz Iran
Portrait peintre Isfahan Iran
Témoignages filles Iran
Hospitalité persane Iran
Rencontres carnet Iran
Rencontre Isfahan Iran
Témoignages Kharanaq Iran
Dessins enfants Isfahan Iran
Miniaturistes dessinent dans carnet Isfahan Iran
Rencontre autour du carnet à Isfahan Iran
Témoignages voyageuses Iran
Rencontre omanais Shiraz Iran
Rencontre hôtel Isfahan Iran
Témoignage mollah Shiraz Iran
Portrait peintre Isfahan Iran
Témoignages filles Iran
Hospitalité persane Iran
Rencontres carnet Iran
Rencontre Isfahan Iran
Témoignages Kharanaq Iran
Dessins enfants Isfahan Iran
Miniaturistes dessinent dans carnet Isfahan Iran
Rencontre autour du carnet à Isfahan Iran
Témoignages voyageuses Iran
Rencontre omanais Shiraz Iran
next arrow
 

Extrait :

« Puis c’est la visite du bazar, un des plus pittoresques du pays : magnifique, avec son toit constitué de dizaines de coupoles de briques jaunes, parfois sobrement décorées de faïence bleue. Les étals d’épices retiennent particulièrement mon attention. Ils n’ont rien à envier à ceux d’Inde ou d’Egypte, et je ne me lasse pas d’admirer tous ces tas colorés et odorants ! Nous atteignons le Serai Mushir, un ancien caravansérail situé au cœur même du souk. Une belle cour rectangulaire avec au centre un bassin d’une eau bien verte, encadré d’orangers. Nous grimpons à l’étage où une coursive dessert d’autres boutiques. C’est là que nous surprenons trois étudiants en architecture, en pleine séance de croquis ! Ils ne parlent pas anglais et la présence de Pari m’est précieuse pour cette rencontre vraiment géniale. Je m’installe parmi eux pour croquer à mon tour. Ils n’arrêtent pas de plaisanter ; la jeune étudiante est vraiment très souriante. Ce que j’apprécie en Iran (malgré les foulards et les tchadors), c’est la mixité qui fait défaut dans beaucoup de pays musulmans.»

Carnet de route Iran – Philippe Bichon
Témoignages

Bruno Chiron

Bla-bla-blog

Amateurs de guides de voyage, ce carnet de route sur l’Iran est pour vous. 
Un voyage en Iran, dans le pays des ayatollahs, de la puissante République islamique chiite : étrange destination, me direz-vous. C’est pourtant ce qu’a entrepris Philippe Bichon, qui se surnomme lui-même le Globecroqueur.
Ce dernier y relate son périple touristique en Iran, durant l’été 2008, alors que ce pays était en pleine crise nucléaire, derrière Mahmoud Ahmadinejad. Mieux qu’un livre, le Globecroqueur nous offre une restitution plus vraie que nature de son cahier de route : dessins, aquarelles et croquis reproduits, journal fidèle imprimé à laide d’une police de caractère de type manuscrite (« au nom prédestiné de « Philippe » », précise l’auteur), insertion de témoignages (avec leurs traductions) d’Iraniens ou de voyageurs ayant croisé le chemin du baroudeur, ouvrage agencé en deux parties afin de retrouver l’esprit des deux cahiers originaux reliés en fin de voyage chez un artisan de Téhéran.
Au final, l’objet que le lecteur découvre est un bijou graphique, élégant, original : une rareté éditoriale. Le contenu est à l’avenant : avec précision et passion, le Globecroqueur nous fait vivre en détail les étapes de son périple d’un mois dans un pays moins connu pour ses joyaux touristiques que pour ses crises internationales. 
Les cinq semaines de voyage nous font découvrir tour à tour Shiraz et le mausolée de Shah-e-Cheragh, son bazar ou la mosquée Jameh Ye Atigh, Persépolis et ses vestiges antiques, Kerman et le bazar Vakil, Rayen et sa citadelle en pisé, Mahan et le Aramgah-e Shah ou le mausolé du derviche Ne’matollah Vali, Yazd et la Jameh Masjed (Mosquée du Vendredi), classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO, son Musée de l’Eau ou ses badgirs (citernes d’eau), Kharanaq et son étonnant minaret vacillant, Meybod et sa citadelle en ruine ou Ardakan, ville typique en pisé. Il nous fait également visiter par procuration Kashan et son caravansérail ou ses « historical houses » (la Khan-e Abbasin, la Khan-e Borujerdi ou la Khan-e Tabatabai), les villages typiques comme Abyaneh ou Cham, un site consacré au zoroastrisme, religion antique tolérée par la République islamique. 
Huit jours de ce voyage sont consacrés à Ispahan, ville mythique perse qu’un vers du XVIe siècle surnommait « la moitié du monde ». Cette mégapole d’un million et demi d’habitants regorge de merveilles sur lesquelles s’arrête longtemps le Globecroqueur : Naqsh-e-Jahan, la plus grande place du monde après celle de Tien Anmen (512 mètres sur 160), le bazar d’Ispahan, la mosquée du Shah, le palais Chehel Sotun, celui de Hasht Behesht (Huit Paradis), la medersa Chahar Bagh, la mosquée Jameh, les rives de la Zayandeh ou le quartier arménien de Jolfa avec la cathédrale de Vank. C’est surtout à Ispahan que se révèle l’art perse des fresques, des miniatures, de la faïence ou de la mosaïque.
Le voyage du Globecroqueur se termine par la capitale, Téhéran : ville moderne, foisonnante et passionnante avec le palais de Sa’d Abad, l’ancienne résidence du Shah (avec les fameuses bottes de bronze, symboles de la chute de l’ancien régime), la Tour Azadi commémorant en 1971 les 2500 ans de l’empire perse, l’Iran Bastan, le musée archéologique de Téhéran, le bazar, la Shah Masjed ou les excursions vers le belvédère surplombant Téhéran, non loin du Tochal et ses 3964 mètres de haut.
Mais Philippe Bichon n’est pas ce baroudeur « bouffeur de kilomètres » – comme un de ces touristes français qu’il croise et qui n’hésite pas à dire tout le mal qu’il pense des journaux de voyage ! – mais un homme ouvert et curieux, avide de comprendre la société iranienne. Ce n’est pas la moindre des qualités de ce carnet de route que de faire oublier l’image obscurantiste de l’État chiite. Certes, les tchadors, les Pasdaran (Gardiens de la Révolution), les affiches de propagande montrant côte à côte Khomeiny et Khameney, les arrestations pour cause de voile pas assez couvrant et les interdictions religieuses absurdes existent et choquent le voyageur occidental. Mais ce que le lecteur français découvre c’est la véritable facette de la société iranienne : l’hospitalité, l’ouverture d’esprit, la générosité et la soif de liberté. Le Globecroqueur n’est pas avare en détails sur les anecdotes de ses voyages et sur la vie quotidienne des Iraniens qu’il rencontre : la cuisine locale (le byriani, le tacheen, le dough ou les glaces dont les Iraniens sont friands), la passion nationale pour le pique-nique, la musique, réprimée par les ayatollahs mais paradoxalement omniprésente, les bornes de solidarité, les problèmes administratifs et la vie sociale particulièrement riche.  
Et derrière cette vie riche, il y a aussi et surtout ces Iraniennes et ces Iraniens croisés, que ce soit Saleh, Mahmud, Azadeh, Hediye, Amir, Samar, Rassoul, Nasim, Narguess ou Hamid. Les témoignages que beaucoup ont laissé dans le carnet de voyage du Globecroqueur est un supplément d’âme à ce guide qui est une vibrante invitation à découvrir l’Iran, ses joyaux, sa culture et ses habitants.